Comment réagir face à une usurpation d'identité ?

10 novembre 2015

Le développement d’Internet s'accompagne d'une augmentation du nombre de cas d’usurpation d'identité en ligne. Comment s'en prémunir ? Que faire si on en est victime ?
Jeune homme au visage pixellisé

Qu'entend-on par « usurpation d'identité » en ligne ?

L’usurpation d’identité consiste à utiliser, sans votre accord, des informations permettant de vous identifier. Il peut s'agir, par exemple, de vos nom et prénom, de votre adresse électronique, ou encore de photographies…. Ces informations peuvent ensuite être utilisées à votre insu, notamment pour souscrire sous votre identité un crédit, un abonnement, pour commettre des actes répréhensibles ou nuire à votre réputation.

Quelles sont les techniques les plus utilisées par les usurpateurs d'identité en ligne ?

Sur Internet, on distingue deux types d’usurpation d’identité.

  1. Dans le premier cas, « l’usurpateur » souhaite nuire à la réputation de la personne dont il a volé les données personnelles. Il crée un faux profil, un blog, ou rédige des commentaires sous l'identité de sa victime.
  2. Dans l'autre cas, l’usurpateur envoie à sa victime un message en se faisant passer pour un organisme public ou privé connu et récupère à partir d'un faux site ou courriel des informations personnelles. Ces informations sont ensuite utilisées pour accéder, par exemple, à des comptes sécurisés et effectuer des opérations sous l'identité de la victime. Ces informations, obtenues de manière frauduleuse, peuvent également être utilisées par les « usurpateurs » pour pirater des comptes de messagerie électronique ou des comptes Facebook de particuliers et les utiliser comme support pour propager leurs arnaques.

Il peut également se faire passer pour un particulier, par exemple un propriétaire dans le cadre d'une location immobilière : dans ce cas, l'usurpateur peut récupérer la copie de la carte d'identité ou d'autres informations personnelles de la victime, comme des données bancaires.

Comment se prémunir contre l’usurpation d'identité en ligne ?

D'une manière générale, soyez vigilant lorsque vous saisissez des données sur le web ou lorsque vous recevez des courriels vous demandant de fournir ou de mettre à jour des données vous concernant. Ne répondez pas aux courriels qui vous paraissent suspects et détruisez-les immédiatement. Ne cliquez jamais sur les liens contenus dans les messages dont vous n'êtes pas certain de la provenance.

Assurez-vous, quand vous consultez ou saisissez des informations confidentielles (sites bancaires, etc.), de l'activation du chiffrement des données : l'adresse du site doit commencer par « https » (et non http) et être précédée d'un cadenas.

Quelles précautions prendre avec mes identifiants de comptes en ligne ?

  1. Faites attention aux choix de vos mots de passe ! Choisissez des mots de passe complexes mélangeant chiffres, lettres, caractères spéciaux. Pas votre date de naissance ou votre surnom !
  2. Ayez le goût du secret ! Ne partagez vos mots de passe avec personne et ne les notez pas sur votre téléphone portable sur un post-it ! Si vous partagez votre ordinateur avec d'autres personnes, n'enregistrez jamais les mots de passe dans votre navigateur. Il est aussi conseillé d'effacer ses cookies et son historique de navigation régulièrement.
  3. Évitez d’utiliser le même mot de passe pour plusieurs applications.
  4. Vérifiez scrupuleusement vos relevés bancaires pour repérer tout prélèvement anormal.

Que faire si on est victime d’usurpation d’identité en ligne ?

  1. Assurez-vous que le compte ou l’information n’appartient pas à un homonyme.

Si ce dernier cas est avéré, il ne s’agit en aucun cas d’une usurpation d’identité.

Les photos que vous avez posté peuvent avoir été utilisées par la personne malintentionnée. Pour le savoir, rendez-vous sur un moteur de recherche inversé (comme TinEye ou Google Images), chargez l’image, ou indiquez l’URL de l’image : le moteur de recherche se chargera d’identifier toutes les sites qui réutilisent publiquement votre image. Si besoin, conservez une capture de cette démarche.  

  • Si l’usurpation vous semble avérée, constituez un dossier comprenant les éléments permettant de déterminer qu’il s’agit bien de vos propres informations et non celles d’un homonyme :
  • Les adresses URL des pages/profils concerné(e)s.
  • Des captures d’écran du faux profil et de ses publications.
  • Les justificatifs qui vous semblent pertinents.
  1. Demandez au site d’intervenir

En tant que victime, vous pouvez demander à cesser la diffusion de vos informations personnelles en ligne en vous adressant directement au responsable du site afin d’exiger leur suppression.

Service en ligne Informations et formulaires
Facebook Signaler le compte d’un imposteur
Twitter Signaler les comptes usurpant une identité
Snapchat Report Impersonation
Compte Google Page d’information

Vous devrez nécessairement fournir la preuve que votre identité a été usurpée. Ces services pourraient vous demander des documents complémentaires. Les documents que vous transmettez au site ne peuvent être utilisés que vous cette finalité précise.   

Type d’information usurpée Justificatif(s) à fournir
Nom et prénom Une copie recto en noir et blanc de votre carte d’identité
Une photo de vous. Une copie recto en noir et blanc de votre carte d’identité ainsi qu’une photo récente de vous.
Votre adresse Copie d’un justificatif de domicile (type facture électricité)
Mes coordonnées bancaires Une copie recto en noir et blanc de votre carte d’identité
Numéro de téléphone Copie d’un justificatif  (type facture de l’opérateur)

 

  1. Adressez une plainte pénale

L’usurpation d’identité est une infraction pénale. Les victimes qui souhaitent connaître l’identité de « l’usurpateur » et éventuellement le voir sanctionner doivent déposer une plainte pénale, soit auprès du commissariat de police ou de la brigade de gendarmerie de leur domicile, soit auprès du procureur de la République. Il est possible de déposer une pré-plainte en ligne. Pour qu'elle soit enregistrée comme une plainte, vous devrez signer cette déclaration auprès d’un unité de gendarmerie ou un service de police de votre choix.

L’article 226-4-1 du Code pénal réprime le délit d’usurpation d’identité en sanctionnant d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende: « Le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération ».

Si vos données bancaires sont concernées

  • informez-en immédiatement votre banque ainsi que les administrations concernées ;
  • restez vigilant quant aux paiement et prélèvements effectués sur vos comptes bancaires ainsi que sur les messages que vous recevez d'organismes avec lesquels vous n'êtes pas habituellement en relation ;
  • demandez une consultation du FICOBA.
Texte reference

Les textes de référence

Les mots clés associés à cet article